“Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle”

 

'Portrait_of_an_Old_Woman'_by_Rembrandt,_1654,_Pushkin_Museum
Rembrandt (1655)

 

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant:
“Ronsard me célebrait du temps que j’étais belle”

Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos:
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain:
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

 

Pierre de RONSARD (1524-1585)

 

Quando sarai vecchia, la sera al lume di candela,
seduta accanto al fuoco, dipanando e filando
ripetendo i miei versi dirai meravigliata;
” Ronsard mi celebrò al tempo in cui che ero bella”

Allora non avrai una serva che, udendo tali parole,
già mezza assonnata dopo la sua fatica,
al nome di Ronsard si svegli
e benedica il tuo nome con lode immortale.

Io sarò sotto terra, fantasma senza ossa,
e dalle ombre del mirto prenderò il mio riposo.
Tu sarai accanto al focolare, vecchia rannicchiata,

e rimpiangerai il mio amore e il tuo fiero disprezzo.
Vivi, credimi, non aspettare il domani:
cogli fin da oggi le rose della vita.
(L. Z.)

17 thoughts on ““Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle”

  1. Voir aussi

    Trouble ronsardien
    —————-

    https://paysdepoesie.wordpress.com/2013/07/23/trouble-ronsardien/

    Le miroir se regarde au feu de la chandelle.
    Il s’inquiète du jour finissant et filant
    Si précipitamment, en ayant l’air si lent.
    Il reconnaît pourtant que la journée fut belle.

    Ce qu’elle a de plus beau, c’est qu’elle est sans nouvelles,
    Nul n’aura le besoin d’en faire le bilan.
    D’où vient ce sentiment, tracas obnubilant,
    Fantôme du reflet d’une angoisse éternelle ?

    Le grand salon l’ignore, et, tranquille et dispos,
    Dans le soir ténébreux se prépare au repos.
    Le miroir garde en lui cette crainte accroupie,

    Envers qui la chandelle a montré du dédain.
    Allons, faut vivre avec, ça ira mieux demain,
    Obscures sont parfois les choses de la vie

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s